Un enfant doit-il être obéissant ? - ETRE & DEVENIR MAMAN 1718367494962041

Un enfant doit-il être obéissant ?

par Emma

Il y a deux ou trois ans, une personne âgée m’a demandé si mes filles étaient bien « obéissantes ». Ce à quoi je lui ai répondu : « Non, elles ne le sont pas et tant mieux ».



Obéissance = Soumission


Vouloir qu’un enfant obéisse, c’est le forcer à agir sans lui laisser la chance de comprendre ce qu’on lui demande, sans lui laisser la liberté d’avoir ses propres opinions, sans lui laisser sa liberté d’exprimer son désaccord.

Un enfant dit « obéissant » n’agit pas parce qu’il a compris les règles, ni par respect pour la personne, ni par bienveillance. Il le fait simplement par peur parce qu’il en est contraint. Il n’a donc ni compris et intégré la règle que l’on souhaitait fixer.

En forçant un enfant à obéir, on se met « adulte » sur un piédestal, on se dit « supérieur ». J’ai longtemps cru que l’adulte était supérieur et que sa parole prévalait sur celle de l’enfant que j’étais.

Dire à son enfant : « tu dois obéir aux adultes, tu leur dois le respect » c’est placer l’adulte en position « d’autorité absolue », c’est lui dire qu’il doit obéir à l’adulte sans même chercher à comprendre, mais est-ce vraiment cela que l’on veut pour nos enfants ?



Il est obéissant, c’est un bon enfant ?





Mais que se passera-t-il si ton enfant rencontre sur son chemin une personne malintentionnée qui se mettra à avoir des gestes déplacés? Comme c’est un adulte, devra-t-il lui obéir ? Fera-t-il la différence ? Ce n’est pas sûr ! Aura-t-il la force d’en parler ? De dire « non » ou au contraire devra-t-il se soumettre ?

Je te demande de bien réfléchir à cela, je sais combien il est difficile d’élever ses enfants, combien les journées et certaines périodes sont éreintantes et le but n’est pas de montrer du doigt les parents qui pensent bien faire en attendant d’un enfant, qu’il lui obéisse. Je te demande juste de réfléchir aux conséquences dramatiques que cela peut parfois engendrer, si sur sa route, ton enfant croise un adulte qui profitera de son caractère obéissant ou des camarades qui profiteront de ses difficultés à savoir s’affirmer.



Quelles conséquences cela aura-t-il sur l’enfant, devenu adulte ?



Osera-t-il s’affirmer avec ses collègues avec ses amis ? Il est très difficile de se défaire des principes éducatifs que l’on a reçus. Cet enfant risque d’avoir des difficultés à s’affirmer, à s’exprimer, par peur de froisser les autres, de ne pas être aimé, de ne pas être accepté.

Il risque de faire passer les besoins des autres au détriment des siens et de toujours choisir le dernier sa part du gâteau (s’il en reste).

Saura-t-il dire « non » quand la situation sera inconfortable pour lui ? ou se soumettre et dire « oui » pour faire plaisir aux autres ?



On fait comment, alors ?





Un enfant a besoin de comprendre pourquoi on lui demande de faire quelque chose, il a besoin de temps pour intégrer, s’approprier la demande de l’autre. Alors, certes cela sera beaucoup plus long et il faudra beaucoup plus de patience, mais tes efforts seront récompensés, car on ne veut pas d’un enfant soumis qui attirera plein de bourreaux sur son chemin, on veut tous un enfant qui ose s’affirmer et qui a du caractère. Un enfant qui dira “oui” quand ça l’est vraiment et “non” quand cela ne sera pas ok pour lui.

Bien entendu, cela ne veut pas dire qu’on laisse son enfant faire tout ce qu’il veut parce que le laxisme n’apportera rien de bon pour la suite. Il est bon de trouver un juste milieu et d’apprendre à son enfant à coopérer. Pas lui retourner la tête avec des situations déguisées pour obtenir sa coopération, non ! Lui apprendre la coopération et ce qu’elle apporte aux deux parties : l’adulte et l’enfant. Il ne s’agit en rien de manipuler l’enfant, il s’agit de lui apprendre comment d’un commun accord ils peuvent coopérer ensemble. 

Je t’invite donc à y réfléchir à deux fois avant de vouloir que ton enfant se montre obéissant. On a besoin de formuler une demande, on la formule auprès de son enfant et on lui explique pourquoi c’est important pour nous. Il a le droit de refuser bien entendu, dans ce cas-là, il faudra voir s’il lui est possible de coopérer et de trouver ensemble un terrain d’entente.

J’attends tes réactions en commentaires, cet article t’a plu, n’hésite pas à le partager massivement.

Tu aimeras certainement aussi :

3 Commentaires

Delphine 23 mai 2020 - 10 h 27 min

Merci pour ces informations je vais tenter de les mettre en oeuvre avec ma fille de 13 ans

Répondre
Lucie 25 janvier 2020 - 7 h 39 min

Article très intéressant. Merci pour toutes ces informations.

Répondre
Emma 25 janvier 2020 - 14 h 35 min

Merci Lucie, ravie que cet article te plaise.

Répondre

Commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. En cliquant sur OK vous acceptez les CGU / politique de confidentialité nécessaires au bon fonctionnement de celui-ci. J'accepte En savoir plus

UA-146602245-1