J'arrête de dire "NON" ! - ETRE & DEVENIR MAMAN 1718367494962041

J’arrête de dire “NON” !

par Emma


A l’âge où l’enfant commence à crapahuter partout dans la maison, il se retrouve confronté à de nouvelles réactions de ses parents, il apprend un nouveau mot « NON », un « NON » qu’il va s’entendre répéter des dizaines voire des centaines de fois par jour. L’adulte dit « non » à tout bout de champs. Je t’invite un jour à compter, combien de fois tu dis “NON” à tes enfants sur 24H. C’est un exercice relativement difficile, car c’est devenu une telle habitude que l’on ne s’en rend même pas compte.

Alors oui, ta maison se transforme en véritable champ de bataille et c’est certes un peu pénible. Ton enfant est en mouvement et peut se déplacer partout à sa guise. Le terrain de jeu est devenu plus grand et ton petit explorateur en herbe, regorge d’envie, de toucher, de découvrir de nouvelles sensations et c’est un peu comme toi, en période de soldes, dans ton magasin préféré, il a envie de tout, de tout toucher, de tout voir.



Le « NON » c’est un visage fermé, des sourcils froncés, un ton souvent sec et furieux. Autant dire que cela n’a rien de très rassurant pour un enfant. Ton petit bout, en fait, il ne comprend pas ce « non », ce visage furieux qui le regarde et ça lui fait peur. Or, ton intention à toi, c’est de lui faire comprendre qu’il ne peut pas tirer sur la queue du chien, mettre les doigts dans la prise, mais cela ne doit pas être de l’effrayer.

Un enfant de 12 mois n’a pas conscience de ce qui est autorisé ou ne l’est pas, de ce qui représente un danger ou non. Il ne comprend pas le sens de cette interdiction, il nous regarde sans saisir le sens de ce « non ». 



Troquer le “NON” pour le “STOP”

Il est préférable d’utiliser le mot « STOP ». Le « STOP » c’est un mot plus efficace qui va interrompre le mouvement, l’action, sans être dit sur un ton de reproche.

Le but étant d’apprendre petit à petit, à ton enfant, ce qui est possible ou ne l’est pas dans son environnement. Certainement pas de lui faire peur, STOP sera beaucoup plus efficace que 5 fois: non. Encore une fois, c’est un tout petit, donc il ne faut pas s’attendre à ce qu’il retienne tout d’un coup et cela prendra un certain temps pour qu’il assimile les choses : patience! Toi aussi, enfant, tu as mis les doigts dans la prise, tu as gribouillé sur le papier peint ou tu as peut-être mangé des croquettes pour chien.

Puis, soyons clair, qui aime qu’on lui dise « NON ? ». Je t’invite à penser aux refus auquel tu dois toi aussi faire face au quotidien : ton patron qui refuse ta demande de congé, ton conjoint qui n’a pas envie de regarder le même film que toi, ta copine qui t’annonce qu’elle ne se libèrera finalement pas pour cette soirée que tu attendais tant. La pilule n’est pas toujours facile à avaler et pourtant tu ne dois pas avoir plus d’une dizaine de NON par jour ! Imagine un enfant de 1 an, 2 ans qui doit faire face au quotidien à une avalanche de NON, dès qu’il touche à quelque chose, n’est-il pas normal, qu’au bout d’un moment cela commence sérieusement à l’énerver ?



OUI, mais ne faut-il pas lui apprendre la frustration? Ah bon ?



Ma question préférée ! 🤨 Ah parce que l’enfant à qui l’on ne dit pas: « Non » n’expérimente pas la frustration ? Quand il a faim, froid, chaud, qu’il est fatigué et qu’il pleure parce qu’il a sommeil, qu’il a mal aux dents, qu’il a la couche pleine et qu’il est dans un supermarché dans le brouhaha, il ne ressent pas de la frustration ? On expérimente tous la frustration au quotidien, je ne vois pas l’intérêt d’en faire vivre à un enfant dans le but de l’exercer ! C’est même absolument pervers ! C’est un enfant ! Et puis des « NON » il y en aura toujours, on ne pourra pas tous les éviter. Le but étant de les réduire. 

L’enfant de 1 an, 2 ans, qui le soir, pleure aux alentours de 18h, évacue sa fatigue, mais aussi toute la frustration de sa journée. Un enfant n’est pas « turbulent » parce qu’il touche à tout, ce comportement est propre à son âge et à la période qu’il traverse. Il serait d’ailleurs inquiétant de constater que son enfant reste passif et ne démontre aucun attrait pour la découverte de son environnement. Ton enfant touche à tout, s’intéresse à tout c’est bon signe ! 😉



8 points à connaître pour mieux comprendre les réactions du tout-petit:





J’adapte l’environnement

Déjà, si je n’ai pas envie de me prendre la tête pour les mois à venir, je déplace provisoirement les objets auxquels je tiens, qui sont fragiles, qui peuvent être dangereux pour mon tout-petit. 



Un coin dédié dans chaque pièce

Je n’hésite pas à aménager un petit coin dans chaque pièce de la maison pour bébé. Dans chaque pièce de la maison, j’ai toujours pris soin de laisser un tiroir, un bac avec des objets dédiés à mon enfant, souvent des objets en relation avec la pièce « une brosse à cheveux dans la salle de bain », « une cuillère en bois dans la cuisine », cela évite souvent qu’il s’attaque à tous les tiroirs. 



Accepter qu’il ne mémorise pas les “interdits”

Je n’oublie pas que c’est un jeune enfant, il n’est pas capable de garder dans sa tête des informations trop longtemps, tu lui auras expliqué la veille qu’arracher les feuilles de la plante n’est pas une bonne idée, il ne s’en souviendra pas et ce n’est en rien une provocation ou de la mauvaise foi.





Une consigne à la fois

Je donne une consigne à la fois : simple, claire, efficace. « On va mettre les chaussures », et non « On va mettre les chaussettes puis les chaussures et le manteau ». L’enfant de moins de 3 ans ne peut pas retenir plusieurs informations en même temps.



L’enfant ne conceptualise pas

Le tout petit ne peut pas encore conceptualiser, c’est-à-dire que, tu vas lui expliquer quelque chose qu’il n’a pas le droit de faire « on ne tape pas », mais il ne va pas comprendre que cela est lié à ce qu’il est justement en train de faire à son frère.


Je lui ai dis NON, il recommence

Comme on vient de le voir, il ne conceptualise pas, il va donc te regarder, entendre ce « NON », il va s’apercevoir que tu es fâché et cela ne va pas lui plaire et afin de vérifier que ce « non » est en fait lié à sa dernière action, il va la reproduire pour voir à nouveau la réaction de son parent. Il ne cherche en rien à te provoquer, il cherche à comprendre ce qui a provoqué le visage furieux de son interlocuteur.





Lui montrer physiquement, ce que tu attends de lui

Il est alors bien de lui montrer physiquement ce que l’on attend de lui, en caressant le bras du frère plutôt qu’en le tapant. 



La négation ne sert à rien

L’enfant ne comprend pas la négation, inutile de t’épuiser à dire « ne tape pas ton frère, ne cours pas, ne crie pas, ne fais pas ci, ne fais pas ça », la seule chose qu’il va comprendre dans ta phrase sera le verbe : tape, cours, crie. On s’adresse donc à son enfant de manière positive et au lieu des « ne pas », on va utiliser des affirmations : « on marche dans la maison, on utilise la petite voix…Et quelle joie pour lui de constater que le visage de la personne qui s’adresse à lui est ouvert et s’éclaire quand on s’exprime à lui par des affirmations.

J’espère que cet article t’aura donné des clés pour mieux vivre ta relation avec ton petit bout et comprendre qu’il n’agit pas dans le but de t’embêter ou de te provoquer de quelques manières qu’il soit. Comment t’y prends-tu, pour lui expliquer, quand certaines choses ne sont pas possibles?

Tu as aimé cet article? N’hésite pas à le partager! Envie de plus de contenus? Je t’invite à me rejoindre dès aujourd’hui sur Instagram pour des petits infos pratiques et sans prise de tête au quotidien.

Tu aimeras certainement aussi :

4 Commentaires

Julie 29 décembre 2019 - 12 h 32 min

Bonjour Emma,
Top cette article! Il me parle beaucoup, Merci pour tes précieux conseils!

Répondre
Emma 29 décembre 2019 - 13 h 56 min

Avec plaisir, merci pour ton commentaire Julie !

Répondre
Solène 28 décembre 2019 - 18 h 02 min

Super article clair et complet. Merci pour toutes ces informations et ces conseils.

Répondre
Emma 29 décembre 2019 - 13 h 56 min

Merci à toi Solène!

Répondre

Commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. En cliquant sur OK vous acceptez les CGU / politique de confidentialité nécessaires au bon fonctionnement de celui-ci. J'accepte En savoir plus

UA-146602245-1