Communiquer pour vivre mieux - ETRE & DEVENIR MAMAN 1718367494962041

Communiquer pour vivre mieux

par Emma

Dès sa première respiration, le nouveau-né cherche à communiquer, à exprimer ce qu’il ressent, à dire qu’il est là. Les parents ont les yeux rivés, sur ce petit être, qu’ils ont attendu pendant 9 longs mois et cherchent avec un premier regard, une expression sur le visage, un geste, à entrer en contact avec leur enfant. Les premiers liens se tissent, ceux que la mère avait déjà commencé à créer avec son enfant in utero. Le père entre enfin en jeu, lui qui est resté dans l’ombre de la maman, privé de cette relation privilégiée que seule la mère peut partager avec son enfant. 

Je me suis tellement de fois demandé, pourquoi à la naissance d’un enfant, évènement heureux, la plupart des couples, passaient leur temps à se déchirer plutôt qu’à s’aimer encore plus fort et à jouir ensemble du bonheur d’être devenus jeunes parents.



Le décalage entre le père et la mère





Une partie de la réponse réside dans ce que j’évoque plus haut. Alors que la maman tisse déjà des liens forts avec son enfant pendant la grossesse, le père, lui, prend pleinement conscience de son nouveau rôle de papa que le jour J. Bien entendu, il sait que bébé arrive, mais il n’a pas cette phase de « rodage », de préparation que la femme expérimente en portant son enfant, pendant 9 mois. Bien que l’enfant ne soit pas encore venu au monde, sa vie démarre à l’intérieur de ton corps à toi, toi, la maman. Tu le sens bouger, tu le berces avec ta voix, tu apprivoises, petit à petit, cet enfant qui est le tien et ta vie de maman, démarre déjà à cet instant.

Tu commences à te projeter sur ce que tu aimerais pour ton enfant et ton conjoint ne te suit pas toujours, non pas, parce qu’il s’en moque, mais parce que pour lui, cet enfant, c’est encore de l’abstrait, il n’est pas encore là, devant lui. Toi, tu le sens bouger, tu le nourris, tu es reliée à lui et ton enfant,  c’est du concret, vous êtes déjà connectés.

Ton expérience à toi, est différente de celle de ton conjoint, qui est simplement là en spectateur et qui verra (s’il y assiste) son futur enfant sur l’écran uniquement le jour de l’échographie qu’à trois reprises avant le jour de la vraie rencontre. Cela explique forcément le décalage qui se crée. Pour la maman, avoir un enfant c’est déjà 9 mois intenses à traverser avant l’arrivée de bébé : 9 mois de fatigue, de douleur aussi, de peur, de sommeil perturbé, de sensations étranges, c’est un véritable chemin du combattant. Alors que, pour le papa et tu ne peux pas lui en vouloir dans le fond, la vie est faite ainsi, il n’a qu’une vague idée de ce qui se passe, il te voit t’effondrer sur le canapé à 20h comme s’il était minuit, mais lui, les sensations il n’en a aucune, il constate juste que sa compagne a des sautes d’humeur fréquentes, qu’elle est plus fatiguée qu’avant et que sous plusieurs aspects elle a déjà changé. 

Pas étonnant qu’à la naissance de bébé, le papa soit complètement à côté de la plaque, son enfant, a déjà tissé les premiers liens avec toi et il essaye tant bien que mal de trouver sa place entre vous deux, place qu’il est difficile de s’approprier, car la maman est en fusion totale avec son enfant et que bébé est lié à sa maman. Il marche donc sur des œufs pour essayer de comprendre, comment fonctionne son petit bout, comment décoder ses pleurs, ses angoisses, quand est-ce qu’il peut intervenir, quels gestes adopter pour le rassurer comme sa maman sait déjà le faire. Je me suis surprise tant de fois à dire aux pères de mes filles : « Mais non, ce n’est pas cela qu’elle veut », « pourquoi tu fais ça, tu ne vois pas qu’elle n’est pas bien » et tout cela je ne l’ai réalisé qu’il n’y a pas si longtemps, après la naissance de ma benjamine.

En plus, de cette chance exceptionnelle que l’on a de pouvoir porter nos enfants, on a quelques jours (bien que le séjour soit de plus en plus rapide) à la maternité pour prolonger les moments maman-bébé, pour apprendre à lui prodiguer les premiers soins, l’habiller avec douceur, regarder comment il s’endort, ses premières mimiques.



Peu de chance pour papa de s’exercer





En fait, je pense que l’on est nombreuses, à ne pas laisser beaucoup de chance à notre conjoint de s’exercer avec bébé, tant on est dans le contrôle et à la recherche de la perfection. On a le sentiment que l’on maîtrise, que l’on doit avoir le contrôle et en même temps, que l’on cherche à prendre le pouvoir sur ce qui est bon pour bébé, on empêche sans s’en rendre compte le papa de prendre ses marques et a gagné en confiance pour s’occuper de son enfant comme si lui ne savait pas. Bien sûr, qu’au début, il ne sait pas vraiment, mais nous, en sait-on vraiment beaucoup plus ?

Cette incompréhension, de part et d’autre, de la mère qui aimerait plus d’aide du père, mais qui trouve qu’il fait tout mal et du père qui se sent relégué sur la touche, car il n’arrive à rien, crée le premier fossé dans la relation de couple après la naissance de l’enfant. 



Quel est cet outil exceptionnel et indispensable que l’on néglige complètement à ce moment-là ?



La communication

Combien de mamans ont réellement dit à leur conjoint, ce dont elles avaient réellement besoin, pour se sentir un peu déchargée de tout ce qu’elles portent sur leurs épaules ? 

Je ne parle pas de dire « j’en ai marre, tu ne m’aides pas, j’ai besoin que tu m’aides ». Est-ce qu’une phrase, comme celle-ci, fait réellement avancer les choses ? Malheureusement non, elle décharge certes du trop-plein, témoigne du ras le bol, mais n’aide en rien le père à comprendre de quelle manière, il peut t’aider et s’en suit alors, un dialogue de sourds, un combat de boxe où chacun cherche à sauver sa peau, sans rien dire de constructif qui permettent de faire avancer les choses et de comprendre le réel problème.

À titre d’exemple :

La maman : « Tu ne vois pas que je suis fatiguée ? Je cours partout et tu ne m’aides en rien.

Le papa : « Tu ne me laisses rien faire ».

La maman : « Eh bien vas-y, je ne t’en empêche pas, fais quelque chose, tu as vu l’état de la maison, le frigo est vide »

Le papa : « Tu veux que j’aille faire des courses ? »

La maman : « Oui, il serait peut-être temps de t’en préoccuper ».

Oui, on arrive à se mettre dans des situations pareilles, quel dommage ! 

Le problème, c’est que dès lors qu’on commence à communiquer, de cette manière, en se montrant agressif de part et d’autre, en jouant les rôles d’agressés/agresseurs, la relation devient toxique, les deux parties en souffrent et on en vient à se détester et à avoir du mal à retrouver la manière de communiquer qui était la nôtre avant. 

Bien entendu, la fatigue joue un rôle très important dans ce déséquilibre. Faire des nuits complètes, s’avère compliqué pour la mère et/ou le père et le sommeil des jeunes parents est perturbé pendant de très nombreuses, on parle de 6 ans pour retrouver un sommeil optimal, je t’invite à lire mon article sur le sujet : Optimiser son sommeil pour ne pas craquer

Et quand on doit se lever en pleine nuit et qu’on voit l’autre dormir à poings fermés cela a le don nous irriter. Mais souvent, on fait porter trop vite le chapeau à la fatigue, oui elle est bien présente, mais pourquoi, quand on est à bout de force, on ne trouve pas un moyen efficace de communiquer? D’oser demander de l’aide à l’autre? A un parent, à un ami plutôt que de chercher à vouloir tout faire nous-mêmes? Ce qui renforce davantage cette fatigue.

Apprendre à communiquer, devrait nous être enseigné, dès le plus jeune âge, on est tellement démuni que l’on communique mal, on blesse les autres, on espère écoute et compréhension alors qu’on n’écoute pas les autres également.

Maintenant, que l’on a vu ce qui se passe, les premiers mois, dans ton couple et qui va se poursuivre de nombreux mois si tu n’y mets pas un terme, je te propose de transformer cette situation afin de faire revenir calme et sérénité dans ton couple.



Transformer, oui, mais comment ?





1/ En écoutant les besoins de l’autre (chacun son tour)

Écouter l’autre, c’est écouter sans interrompre, sans être dans le jugement et juste accueillir ces paroles et idéalement les mettre à l’écrit.



2/ En parlant de ses propres besoins

Expliquer de quoi tu as besoin, à quel moment, être le plus spécifique possible.

Pourquoi préciser ? Parce que plus c’est précis, plus tu as une chance que l’autre réponde au mieux à ton besoin.

Exemple : je demande à mon partenaire d’aller acheter une nouvelle housse de couette, il revient avec une housse de couette, mais tu la trouves moche « mais pourquoi tu as pris ça ? ». « Tu m’as demandé une housse de couette, en voilà une ».

Je ne savais pas quel modèle tu voulais, tu ne me l’as pas dit. Alors si tu en veux une, satinée, de couleur claire ou avec des motifs autant le préciser. C’est exactement la même chose pour tes besoins, ne te contente pas de dire « j’ai besoin que tu m’aides dans les tâches ménagères », mais préfère un : « est-ce que tu voudrais bien passer l’aspirateur le week-end, pour m’aider ? ».



3/ En trouvant un compromis, en se partageant les tâches.

Partager les tâches, mettre la liste au propre et l’afficher, pourquoi ne pas les échanger d’une semaine sur l’autre, cela est encore plus équitable.



4/ En reconnaissant que l’on ne peut pas tout faire seul et que l’autre peut tout à fait nous relayer.

Savoir déléguer même si cela ne sera pas comme je l’imaginais, le principal étant que cela soit fait. 




5/ En se connectant aux moments de bonheur qui nous ont fait nous aimer.

Prendre un temps hebdomadaire et idéalement au quotidien pour discuter de moments doux du passé, regarder un bon film enlacé, faire une pause à deux, un resto, des choses que l’on sait savourer l’un et l’autre depuis le début. Apprendre à se retrouver et à avancer ensemble est primordial.

Tu as aimé cet article, partage-le sans limites avec tes amis. As-tu le sentiment de bien communiquer dans ton couple et avec les autres? Viens m’en dire plus dans les commentaires.

Tu aimeras certainement aussi :

2 Commentaires

Jessie 14 décembre 2019 - 20 h 10 min

Merci Emma, tu es inspirante comme toujours. Je vais essayer de faire lire cet article à mon conjoint 😉

Répondre
Emma 16 décembre 2019 - 14 h 07 min

😊 Tu me diras ce qu’il en pense.

Répondre

Commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. En cliquant sur OK vous acceptez les CGU / politique de confidentialité nécessaires au bon fonctionnement de celui-ci. J'accepte En savoir plus

UA-146602245-1