Les 3 erreurs à éviter pour garder le cap lorsque tu deviens maman. - ETRE & DEVENIR MAMAN 1718367494962041

Les 3 erreurs à éviter pour garder le cap lorsque tu deviens maman.

par Emma


Enceinte:

Et voilà, ça y est, c’est aujourd’hui ! Tu as fait pipi sur la petite bandelette et tu es enceinte.

Le projecteur s’allume au-dessus de toi, ta vie va se métamorphoser à tout jamais, tu obtiens un nouveau rôle pendant 9 mois (sans le scénario, dommage! ). Aux yeux de la société tu as gagné en importance. Pourquoi ?

La célébrité avant la traversée du désert

Tu deviens en quelque sorte un peu plus dans la “lumière” parce que l’on va t’accorder un peu plus d’importance, d’intérêt que d’habitude. Désormais plein de personnes vont fourmiller dans ton petit univers pendant environ 9 mois : gynéco que tu vas voir tous les mois, sage-femme et autres personnes du monde médical mais aussi la famille (y compris certains qui ne te portaient que peu d’intérêt avant) les amis, tout le monde va se ruer sur toi, comme si tu étais le nouveau personnage people que tout le monde s’arrache. 

Tout le monde se précipite pour te donner des milliers de conseils, te dire de prendre soin de toi, même si eux ne vont clairement pas tous le faire. Le personnel médical est parfois très froid, pas très pédagogue et souvent ton entourage, qui a tout vu, tout vécu te dira qu’il vaut mieux faire ceci que cela. Une situation qui peut s’avérer pénible, déstabilisante où l’on a l’impression de ne même pas pouvoir faire l’expérience de ce voyage qui nous attend.

La femme enceinte qui se bat avec ses hormones qui font le grand huit, la cuvette des toilettes pour certaines, la fatigue écrasante pour d’autres ou encore les mêmes (oui pas de bol des fois c’est le combo !) il faut en plus s’avaler les remarques très pédagogues des uns des autres : « c’est pour t’aider », « c’est pour ton bien ». Alors voilà, tu es la vedette qui abrite un petit pensionnaire dans le bidon et tu goûtes déjà aux inconvénients de la célébrité ! 



Mais l’atout de la star c’est que dans la rue, on te regarde un peu plus qu’avant, on fait même un peu plus attention à toi, on a même des accès VIP à la caisse du supermarché ou encore la place assise réservée dans les transports, enfin ça, ce n’est pas toujours gagné, les places sont chères.

Mais rien n’empêche que la « star » c’est toi, à l’intérieur de toi. En toi, se prépare la descendance, une petite frimousse qui construit déjà son identité à l’intérieur de toi et jusqu’à l’expulsion on te prêtera toujours un peu plus d’attention, on vérifiera la moindre fièvre, le moindre symptôme douteux… sauf que voilà, la célébrité est de courte durée et une fois bébé arrivé, tu retournes à l’anonymat. Et alors là, roulement de tambour… qui t’a prévenu de ce qui va réellement se passer pour toi ? A l’exception des couches et de la fatigue ? Qui t’a réellement expliqué l’après ? Personne. On ne peut pas s’imaginer ce qui nous attend, chacune fait sa propre expérience mais ce qui est certain c’est que c’est un peu comme un saut en parachute, on se jette dans l’inconnu. Un inconnu que l’on ne va pas toutes appréhender de la même façon.

Le blues de la naissance: baby blues

Pourquoi cette traversée du désert?

Tout le monde se focalise maintenant sur bébé, plus personne ne te ménage, terminé, on ne prend plus de pincettes… les gens te demandent rapidement si ça va et ensuite toute l’attention se porte désormais sur ton bébé, que tout le monde veut serrer dans ses bras (lui qui veut juste être peinard et récupérer). 



Tu passes de la lumière à l’ombre, cachée derrière bébé. Dans la rue ce n’est plus toi que l’on regarde, c’est le landau, c’est bébé, et les compliments pleuvent pour bébé… toi, c’est de l’histoire ancienne « quoi, tu n’allaites plus ? » « tu ne crois pas que ton bébé, il veut dormir » « ton bébé a faim »… pour toi ce sont sans cesse des remarques, des remarques… qui servent à tout sauf à te donner confiance en toi, surtout si c’est ton premier bébé. A ce stade-là, bien souvent on se sent moche, fatigué, on a le ventre qui fait des vagues, les hormones dans tous les sens et il faut en plus gérer tout ça. 

Mais est-ce que quelqu’un pense seulement une minute à cette femme ? Cette femme qui pendant 9 mois a traversé une grossesse avec des péripéties plus ou moins difficiles à vivre, qui a eu tout son cycle hormonal bouleversé, son corps qui s’est modifié, cette femme tant de fois incomprise. Toute cette grossesse, tous ces premiers mois, on espère un peu de reconnaissance parce que clairement on en a besoin, besoin de booster notre égo, notre confiance tombée aux oubliettes. On erre, désorientée, avec une sensation de vide intense à l’intérieur de soi, tout est déséquilibré, on ne sait plus quelles sont les priorités, on est vide, complètement vide. Alors comment fait-on pour se remplir de bonne énergie et comme une fleur, éclore à nouveau ??? Quelles sont ces erreurs que l’on commet trop souvent ? Et pas la peine de s’en vouloir, on commet toutes des erreurs, le principal c’est d’en prendre conscience et de chercher à les réparer ou carrément d’éviter de tomber dans le piège.

Erreur numéro 1 : S’oublier 



En te faisant passer après ton bébé, ton partenaire, tu cours le risque de passer complètement à côté de ta vie, de t’épuiser et de ne plus répondre à tes besoins.

Il te faut donc miser sur toi ! Hein ? Oui toi ! Au lieu d’attendre des autres des choses qui ne viendront pas, car en fait, tu oublies que les autres n’ont pas des pouvoirs magiques pour voir ce qui se passe en toi, et surtout ils ne vont pas forcément décoder ton langage, ce dont tu as réellement besoin, rends-le « TOI » possible. Tout est possible dès lors qu’on se montre un peu créative, que l’on se donne les moyens, on peut faire jaillir de la lumière mais attention je n’ai jamais dit que c’était facile, cela demande de la pratique et de la rigueur.

En prenant conscience que la seule personne qui peut t’aider à te sentir mieux c’est toi et toi seulement, tu comprends le rôle important que tu joues et donc l’importance de te ménager, de prendre soin de toi et de t’offrir des moments pour toi et cela tout de suite après la venue au monde de ton bébé. Non ce n’est pas égoïste, c’est vital pour toi, pour ton épanouissement, pour te sentir mieux avec ton enfant. Si tu t’oublies, si tu ne t’occupes pas de toi, tu ne pourras pas prendre soin de ton enfant comme tu le souhaites au plus profond de toi car tu vas finir par t’épuiser et tu n’auras donc plus assez d’énergie pour lui donner tout ce que tu aimerais lui donner.

Erreur numéro 2 : Attendre des autres, le piège à éviter.


On espère recevoir un peu de soutien de la famille, des amis pour s’offrir une bouffée d’oxygène. On pense que d’ailleurs tout le monde va se battre pour venir pouponner et en fait ce n’est pas forcément le cas, sache-le. On se fait tout un tas de films pendant la grossesse et il y a souvent une énorme différence entre ce que l’on a imaginé et la réalité.

Bichonne-toi, use des gommages visage, corps, pieds, masque, manucure, si tu aimes cela, dégage-toi des temps pour tout cela car il est indispensable de te préserver, de t’occuper de toi. Les autres ne le feront pas pour toi et n’y penseront même pas. Ou pire encore, ils vont essayer de prendre soin de toi mais ne le feront pas de la manière dont toi, tu attends qu’ils prennent soin de toi, du coup cela ne sert à rien et pourrait même réussir franchement à t’énerver. Tu risquerais alors de développer le syndrome de la maman « incomprise » qui pense que personne ne peut comprendre ce qu’elle traverse.


Qui peut prendre plus soin de toi, que toi ? qui te connaît mieux que toi-même ???

Offre-toi ce que tu aimerais que les autres t’offrent, n’attends pas, n’espère pas. Si cela vient des autres c’est génial et savoure le cadeau qu’ils te font mais ne projette pas des attentes car cela risque d’alimenter un sentiment de rancoeur et d’incompréhension que tu pourrais cultiver à l’égard de ceux dont tu espérais plus. Ce n’est pas qu’ils ne veulent pas t’aider c’est peut-être tout simplement qu’ils ne se rendent pas compte que tu as besoin d’eux et encore plus s’ils n’ont pas d’enfants cela leur est encore plus difficile de comprendre ce que tu traverses. Et si tu as vraiment besoin d’aide, formule-le, n’hésite pas à demander clairement et précisément ce dont tu as besoin, tout en sachant que l’autre n’acceptera pas forcément mais ose demander de l’aide, tu auras plus de chance d’en obtenir en le formulant qu’en ne disant rien et en attendant.

3/ Erreur numéro 3 : écarter son partenaire



Tadadam, s’il a tenu bon pendant tes 9 mois de grossesse (rhooo un peu d’humour), le joyau dans ta vie de maman c’est celui qui t’accompagne, ton mari, ton partenaire, c’est en fait ton atout précieux et celui qu’on sabote un peu toutes ! Qu’est-ce qu’il a du mal à comprendre les choses !


Je n’ai pas dit que c’était toujours de notre faute non plus et je n’excuse en rien le comportement de certains. Après la naissance de bébé et je dirai même après chaque naissance ta relation avec ta moitié devient souvent un ring de boxe, un défouloir. Ton couple traverse un séisme qu’il serait bon d’anticiper et de ne pas laisser s’étendre.

En fait notre cher et tendre c’est un peu celui qui nous veut du bien mais qui ne sait pas comment agir avec nous. Avec la fatigue des premières semaines, on devient souvent irascible, rongé d’amertume parce qu’on attend de l’autre plus d’aide, plus de soutien. On éprouve énormément de difficultés à lui dire ce dont on aurait réellement besoin qu’il fasse pour nous faciliter le quotidien. En fait, c’est assez dingue mais on espère que l’autre décode nos besoins. Si si si ! (sourire) On aimerait que l’autre devine, parce qu’on se dit « c’est logique quand même, il aurait pu penser à faire les courses ». Alors, oui dans notre logique à nous, de femme, évidemment, mais quand ce n’est déjà pas une habitude chez l’autre il faut reconnaître qu’il y a peu de chance que le miracle se produise et qu’il comprenne juste les « signaux » que je lui envoie. 

Alors, s’il y a une clé unique à retenir et c’est valable pour tout dans la vie c’est la communication. C’est la base de tout ! Exprime tes besoins, écris-les, parles-en mais n’espère pas que l’autre qui ne vit pas tes journées, puisse répondre à tous tes besoins si tu ne lui en fais pas part. Il n’est pas question de devinettes et de sous-entendus, il est question de dire les choses aussi simplement que possible : « j’ai besoin que tu fasses les courses, ce serait ok pour toi de t’en occuper ? ».

Et n’oublie pas de laisser un peu de temps à ta moitié avec bébé, on a tendance à être tellement dans le contrôle qu’on écarte maladroitement le père de cette relation que l’on entretient déjà avec notre enfant in vitro donc depuis un moment et du coup, il a des difficultés à trouver sa place dans ce trio. 


Comme toutes situations où l’on va être à 3, il faut éviter la situation dans laquelle l’un se retrouve seul face aux autres. Il faut réussir à équilibrer le trio afin que chacun ait une relation avec l’autre :

Mère et bébé

Père et bébé

Mère et père

Le passage sans trop d’encombres de cette première année à 3, se trouve clairement dans cet équilibre-là : quand un « binôme » fonctionne ensemble, l’autre a du temps même si ce n’est que quelques minutes, pour s’occuper de lui et faire quelque chose qui compte réellement pour lui. Et une fois, que chacun a trouvé sa place, on arrive à fonctionner les 3 ensemble, en prenant soin les uns des autres, on crée une harmonie familiale.

La devise clé : « N’oubliez pas de prendre soin de la personne avec qui vous allez passer le plus de temps dans votre vie : VOUS ».



Tu as aimé cet article, partage-le à toutes tes copines que cela peut aider, j’aspire à ce qu’un maximum de femmes passe le cap de la vie de couple à la vie de famille avec plus de sérénité et en préservant au maximum leurs besoins vitaux afin de pouvoir vivre plus épanouies dans leur vie de maman et transmettre plus de joie à leurs enfants mais aussi à préserver leur vie de femme et leur vie de couple.

Laisse-moi un petit commentaire juste en dessous pour me faire part de ton ressenti en lisant cet article.

Tu aimeras certainement aussi :

2 Commentaires

Juliette 7 octobre 2019 - 17 h 26 min

Oulala ! Je me retrouve tellement dans cet article ! C’est difficile quand ton corps ne ressemble plus à rien, que tu ne dors plus et que tout le monde te dit “tu dois être super heureuse”!
Merci de cet article qui aide à reprendre confiance !

Répondre
Emma 7 octobre 2019 - 19 h 43 min

merci pour ce partage Juliette ! c’est tellement ça !

Répondre

Commentaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation sur le site. En cliquant sur OK vous acceptez les CGU / politique de confidentialité nécessaires au bon fonctionnement de celui-ci. J'accepte En savoir plus

UA-146602245-1